Interview Martial de Calbiac, Président de la Commission Internationale Non-Vie

 

Photo_MdCMartial, en tant que Président, comment vois-tu ton rôle au sein de la Commission Internationale Non-Vie ?

Je me vois comme un rameur qui, au milieu de trois groupes homogènes (l’assurance locale non-vie, l’assurance vie internationale et la réassurance) doit faire avancer l’embarcation des petits, des gros, des modestes, des chétifs, des lourds, des grands, des atypiques… et faire entendre la voix et faire passer les messages de ceux qui sont pas toujours très audibles car ils ne rentrent pas dans le dénominateur commun de l’assurance au Luxembourg : assurance maritime, construction, assurance de téléphones, automobile, crédit, caution, grands risques, risques de particuliers, intervention en LPS sur la Belgique, la France, l’Italie, la Pologne, l’Espagne… Je dois être le porte-parole synthétique de toutes ces compagnies et trouver des sujets communs à discuter, avec des chances d’aboutir dans les problématiques que nous soumettons à la sagacité des uns et des autres.


Quels sont les enjeux actuels de la CINV ?
Ses enjeux dépassent l’actualité : il s’agit d’exister et de représenter le plus grand nombre d’entreprises !


Quelles sont tes passions ?

Mon épouse et mes trois filles !
Plus prosaïquement, j’aime voyager, et en profiter pour m’asseoir à de bonnes tables. J’adore le sport (à la télé sur mon canapé), tous les sports, avec une affection particulière pour le rugby. Je cultive la tintinologie avec une certaine constance. Et puis, pour être politiquement correct, mais c’est la réalité, mon métier, dont j’ai hérité par chromosome (et quand je dis mon métier, je ne parle pas de l’évolution de sa règlementation que je trouve à des années-lumière du pragmatisme et de la réalité du terrain).

Que dis-tu à tes amis étrangers pour leur donner envie de visiter le Luxembourg ?

Je leur réponds que c’est tellement moche, horrible et inhospitalier comme pays que ça fait 20 ans que j’y habite avec bonheur et gourmandise et que je vais même y prendre ma retraite et y terminer ma vie !